curiosités
curiosités

Explorez l’Arménie. Admirez des montagnes élancées, la beauté de la nature à en couper le souffle, la riche histoire, la culture vivifiante et la gastronomie délicieuse.  Si vous vous intéressez à faire des excursions, vous êtes tenu de nous en faire parvenir une demande. Nous sommes à votre parfaite disposition pour organiser votre voyage.

Cathédrale mère d’Etchmiadzine et les églises

Le Saint- Siège de tous les Arméniens le Saint Etchmiadzine a été fondé dans la ville de Vagharchapat, une des capitales historiques de l’Arménie. La cathédrale –mère, selon la légende, a été construite dans un endroit où le Jésus-Christ est descendu du ciel et a donné un coup de marteau d’or. Le grand complexe monastique d'Etchmiadzine est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO étant considéré comme lieu de pèlerinage le plus visité de l’Arménie. Le complexe monastique est entouré d’un nombre de musées et d’entrepôts recelant des documents historiques et des reliques, y compris les fragments de la sainte croix sur laquelle le Jésus-Christ aurait été crucifié, les fragments de la sainte lance qui aurait percé le flanc du Jésus ainsi que les débris de l’arche à Noé.

«Zvartsnots» ancien site archéologique

Cette cathédrale construite en 643-652 avant notre ère est un chef d’œuvre médiéval et l’un des échantillons les plus importants de l’architecture arménienne. Grâce au projet exclusif et au savoir-faire architectural appliqué, cette cathédrale a eu un impact sur le domaine de l’architecture à l’échelle mondiale. Le projet ambitieux et la construction reflètent une idée innovante de l’architecture. La cathédrale a 45 mètres de haut sans avoir de pilier central. En 2000, Zvartnots a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Complexe monastique de Ghéghard

Situé dans la région de Kotayk et entouré d’une sorte d’amphithéâtre constitué de rochers, le complexe monastique médiéval de Ghéghard est partiellement incrusté dans le roc. Inscrit sur la liste du Patrimoine culturel de l’UNESCO, ce complexe monastique est composé de quelques églises et sépulcres lesquels sont littéralement incrustés dans le rocher ce qui leur confère une particularité absolue.

C’était Grégoire l’Illuminateur qui a fondé Guéghard au 4ème siècle. Le premier monastère a été détruit au 9ème siècle suite aux invasions arabes, néanmoins, il a été reconstruit au 13ème siècle.  En plus de sa localisation naturelle impressionnante, sa riche histoire et sa parfaite acoustique, le monastère est connu pour le fait d’abriter les fragments de la lance qui aurait percé le flanc du Jésus- Christ lors de sa crucifixion.

Temple de Garni

Un des symboles de l’Arménie de l’époque antérieure au christianisme, la forteresse et le temple de Garni sont situés au bord d’une falaise qui surplombe en amont la rivière Azat tout au long de la vallée. Cette forteresse fut construite au 3ème siècle avant notre ère. Vers l’an 70 de notre ère, dans le même endroit fut construit le temple hellénistique.

A la suite du séisme survenu à la fin du 17ème siècle, le temple de Garni s’était effondré, néanmoins, dans les années 1970 des travaux volumineux de restauration ont été mis en œuvre. Dans le territoire adjacent du temple ont été conservées les ruines du complexe du palais représentant les constructions sises tout au long de la place principale.

Amberd, fort sis dans les nuages

A l’altitude de 2300 mètres par rapport à la mère, la forteresse Amberd («le fort des nuages » à la lettre) est un exemple saillant de la construction des forteresses arméniennes.

Amberd est la plus grande forteresse conservée jusqu’à nos jours, elle est située sur le piton rocheux triangulaire au pied sud du Mont Ararat, notamment à l’affluence des rivières Argachète et Amberd. La construction principale et certaines parties des murs ont été construites au 7ème siècle par une famille noble. A l’heure actuelle Amberd est le site le plus préféré des explorateurs de l’histoire et des randonneurs.

Monastère Khor – Virap

Un des moments le plus remarquable lors de la visite de l’Arménie peut devenir celui de la contemplation du coucher du soleil à partir du monastère de Khor Virap situé au pied du Mont Ararat.

Selon la légende, bien avant la propagation du christianisme au 4ème siècle par le Saint Grégoire l’Illuminateur, il a été jeté dans un fossé.

Le Khor Virap a été mis en place au 2ème siècle dans la ville d’Artachat (le Carthage de l’Orient) servant à l’origine de cachot. Au niveau des coteaux situés dans cette zone on peut toujours s’apercevoir des vestiges témoignant du passé de cette ville légendaire dont le temple de Mihr couvert des ornements.

Karahoundj

Des fois on appelait le Karahundj le «Stonehenge arménien». Il est situé non loin du complexe monastique de Tatev et est constitué de plus que deux cents menhirs et de plusieurs pierres de grande dimension (à partir de demi mètre jusqu’aux trois) dont témoigne le nom même du monument Karahundj (« kar » et « hundj » («son»)). Situés dans les montagnes de la région de Siounik sur le territoire constituant à peu près sept hectares, cet ancien site particulier, selon les calculs approximatifs, a six mille ans.  Selon différentes versions, c’est un champ parsemé de sépulcres de l’époque de la Bronze, par contre d’après une autre version plus largement parcourue, les pierres aux trous ont été utilisés dans le but d’étudier les étoiles. Tout en étudiant les changements des positions des étoiles durant les siècles ainsi que leurs mouvements stables, les chercheurs ont réussi à avoir une image parsemée des étoiles en l’an 4,200 avant notre ère lorsque l’étoile Capella se trouvait juste au-dessus de cette pierre étant visible pour tout le monde. Par ailleurs, les tableaux avec les signes des animaux dessinés sur les pétroglyphes excavés dans les montagnes de Ghéghama appartiennent à cette période de l’histoire.

Maténadaran, Institut Machtots de recherches sur les manuscrits anciens

Le Maténadaran est le témoignage des efforts appliqués par d’éminents chroniqueurs, ecclésiastiques, historiens et auteurs, des gens lesquels ont réussi à collecter les anciens manuscrits, revues, œuvres historiques en vue de maintenir et d’enrichir cette collection exceptionnelle. Le créateur de l’alphabet arménien Mesrop Machtots a également été le fondateur du premier Maténadaran. Depuis des générations d’autres chercheurs ont continué à collecter et à maintenir les manuscrits tout en enrichissant cette collection exceptionnelle.  Le Maténadaran d’Erevan a été fondé en 1959 en donnant de l’ampleur au processus de collection des échantillons ayant son importance depuis des lustres.